Première grosse découverte de ce nouveau départ ! Nous reprenons donc nos récits pour nos amis marins et terriens.

Avant de venir ici, nous n’avions absolument pas connaissance de l’existence de Porto Santo et c’était une erreur. Cette Ile volcanique de 12 kms sur 6, au Nord de Madère mérite un voyage, mérite la découverte : volonté de développement eco friendly, bienveillance, gentillesse, qualité d’accueil de ses habitants, zéro délinquance, des panoramas à couper le souffle, et une diversité de paysages sans pareil. Une histoire géologique incroyable avec une existence bien antérieure à sa grande soeur voisine.

« Petite, mais elle a tout d’une grande » !

Porto Santo est la deuxième plus grande île de la Région autonome de Madère, avec une superficie de 42,48 km² et 5 483 habitants. Porto Santo est, également, une municipalité portugaise, dont la capitale est Vila Baleira. Située dans l’Océan Atlantique, à l’extrême sud-ouest européen, à seulement 500 km de la côte africaine et 1 000 km de l’Europe, elle recèle sur son territoire des petites pépites dont nous vous offrons un aperçu.

 

L’essentiel du petit marin à Porto Santo

 

Mouillage dans le port ou en extérieur, prix : 6,56 euros la nuit. Les meilleures places sont devant la plage dans 5-6 mètres d’eau (à l’abri de l’usine de la Marina et des passages quotidien des ferrys)
Formalités de police, douanes et marina à proximité dans le bâtiment central ( Nous sommes en Europe mais les démarches sont quand même à faire)
Bar Restaurant de la Marina : accueillant et proposant une excellente Sangria Branco maison
Poubelles de tri selectif à proximité
Douches et laverie dans un bâtiment bleu (à noter que le port est en train d’être rénové avec nouveaux pontons et sanitaires, ouverture imminente)
Gros projet d’extension avec plus de pontons à la place du mouillage à l’intérieur du port
Mur de logos de bateaux gigantesque
Supermarché Pingo Doce tout neuf à 3kms, très bien achalandé en frais, surgelés et pain
Jeep Tour de 3H30 pour 25 euros par personne, avec la société Lazemar 00351 963501488
Taxi Mini bus pour Baleira 8,5 euros +00351964831987
Location quad Auto Colombo +00351291984438

 

Porto Santo, l’île aux milles facettes
Le temps n’étant pas de la partie (nuageux pendant 5 jours) et n’ayant que peu de jours de programmés ici, nous décidons de visiter l’île en Jeep Tour. C’est Nuno qui sera notre chauffeur. Natif de l’ile, son grand père s’y est installé pour y cultiver du blé. Il connaît l’île comme sa poche et en est amoureux ! Un choix que nous ne regretterons pas car il nous aura permis d’appréhender en une demi journée, toutes les particularités de ce petit paradis. Fort de cette expérience, nous profiterons de ce tour pour approfondir la découverte de certains sites et pousser notre exploration de l’île au volant de quads le lendemain.

Petit résumé de ces merveilles avec une visite dans le sens anti-horaire

 

Villa Baleira
Villa Baleira, capitale de l’île est un charmant petit bourg avec son vieux centre, sa vieille église et la maison supposée de Christophe Colomb lors de son passage de deux ans, sur l’île. Pour une fois ici, pas de bétonnage excessif cassant l’harmonie de cette merveilleuse baie et de sa plage. Les rues, ruelles et venelles s’entremêlent, chapeautées de maisons à 1 étage au toits en tuiles orangées. Des petites échoppes y vendent des bolo de caco (petit pain typique fabriqué avec de la patate douce – recette en test actuellement). Le long de la plage restos sympa et petites paillotes servent des Poncha (Ponch Maderien ou des sangria Branco ou Tinto). Nous aurons une préférence pour ces dernières servies ici avec beaucoup de fruits et une eau légèrement pétillante. Chaque restaurant ou café a sa propre recette et nos amis de passage nous proposerons différentes versions maison.

 

Au niveau du centre ville de Vila Baleira, l’ancien ponton des ferrys, sert désormais de promenade avec de jolis points de vues sur la plage, comme du lieu de rendez-vous des ados pour des sauts et plongeons plutôt sympas…

 

Miradouro da Portela

Véritable panorama du sud de l’île, ce mirador offre une des plus belles vue de l’île avec sa plage de sable fin. Entouré de trois moulins à vent, ce belvédère permet d’embrasser toute la côte sud de l’île : à l’ouest, la plage et l’îlot de Cal (“chaux”);  à l’est, la forme conique du Pico de Baixo, l’îlot de Cima, le port et la marina.

Porto Santo se distingue des autres iles de l’archipel grâce à cette vaste plage de sable doré et fin de près de 9 kilomètres. C’est d’ailleurs, cette longue langue de sable dorée et ses paysages désertiques qui lui vaudront le surnom de « Ilha Dourada », l’île Dorée. Madère et les Iles Désertas, n’offrant quant à elles que des falaises escarpées avec des plages de galets ou sables noir. Les Madériens viennent donc fréquemment en ferry y passer la journée. Le calme et le charme contagieux de cette merveille ne laissent pas indifférents ceux qui la visite, d’autant que le climat sec et stable toute l’année, offre une température de l’eau constante (20/22°C).


Porto Frades et la Serra de Fora
L’ancien port situé au nord de l’île de Porto Santo offre la sérénité d’une plage déserte aux eaux claires où l’érosion provoquée par la mer et le vent a façonné la côte. Pas beaucoup de monde à passer, y compris les tours opérateurs et pourtant nous y découvrons une pépite : la Serra de Fora. La balade en quad a ses avantages et nous pousse à explorer un chemin en terre qui longe la côte vers le sud. Le passage d’un tunnel débouche sur une plage de sable noire et des eaux cristallines.

 

 

Museu Casa da Serra
Lieu touristique en soi, cette ferme traditionnelle datant de la fin du 18ième siècle, permet de faire un bond en arrière sur l’histoire de la vie sur cette ile et donc de mieux saisir son présent.

Porto Santo accidentellement découverte en 1418, doit son nom, interprété comme « délivrance divine », à deux capitaines portugais en prise avec une tempête les ayant emportés dans son port abrité. Elle ne sera colonisée qu’en 1420 après Madère. Sur ses terres, où il ne pleut que rarement, les premiers colons cultiverons du blé et les vignes. La ferme « Casa Serra », illustre explicitement le labeur et l’ingéniosité de ces travailleurs où les enfants avaient leur part. La farine et le vin de Porto Santo s’exportèrent pendant des années, notamment à Madère. Le vin de Madère était fabriqué à l’origine exclusivement à partir des récoltes de l’île. Nous profitons du magasin pour en goûter le nectar (à 22°) et quelques délicieuses liqueurs faîtes « maison ». L’exploitation des gisements de calcaires, des eaux minérales reconnues pour leur vertus médicinales, ainsi qu’une conserverie employant une grande partie de la population féminine de Vila Baleira ont constitué jusque dans les années 1980 les principales sources économiques de l’ile. La concurrence d’autres marchés ont fait s’effondrer un à un tous ces micro économies à la fin du siècle dernier, entraînant un exode massif des habitants vers Madère ou au Portugal. Seule issue pour les habitants : développer le marché du tourisme.

L’énergie déployée depuis 40 ans par la population et les autorités pour sortir de cette crise économique sans précédent est colossale. Tout y est pensé dans une logique de préservation de l’écosystème et de l’autonomie en ressources afin de pouvoir accueillir à terme près de 40000 touristes par an d’ici à quelques années (actuellement 27000 personnes). La dépendance en matériaux de construction, et nourriture étant assurée par les ferrys quotidiens.

Notre guide nous présentera toute les facettes de cette organisation : ses activités proposées, ses hôtels et restaurants de l’ile, son usine de déstalinisation, jusqu’à sa station d’épuration dont les eaux assurent l’arrosage de son Golfe International de 18 trous. Une vraie fierté émane de ses commentaires et contrairement à nos régions touristiques pas de lassitude ou d’impression d’être envahis pendant le saison.

Ici le touriste est donc particulièrement bien accueilli. La bienveillance est incroyable et sincère.

Le Pico Do Facho pic pour le levé de soleil
La côte Est de l’ile offre un paysage de montagne très nature et ses plus hauts reliefs. La route serpente entre des cols et des versants où l’on pu admirer en contrebas les anciens murets de pierre des champs de blé. Très peu d’habitations ici, car cette partie de l’ile n’est pas encore raccordée à l’électricité et l’eau courante. Un gros projet d’éco tourisme y est prévu. C’est le paradis des randonneurs.

Le Pico Do Facho, culminant à 517 mètres, vaut le détour, car pour les lèves tôt, une petite randonnée sur ses flancs (3 heures aller/retour), permet d’accéder au meilleur panorama de l’ile pour admirer le lever du soleil.

Portos dos Salemas.
Au Nord, nous longeons des promontoires rocheux, les falaises et les corniches et accédons aux fameuses piscines naturelles de Salemas, offrant une palette de bleus étonnantes et un instant de fraicheur. Prévoir masque et tubas.

 

Fonte de Areia
Un petit stop nécessaire s’impose pour admirer la créativité de la nature. Le vent continue à laisser sa marque sur les roches sableuses, offrant ainsi un incroyable spectacle d’érosion. On arrive à cette source en partant du village de Camacha et en suivant la route vers l’ouest en direction de la mer. Une des plus intéressantes Vereda (randonnée) de l’île passe par ce lieu.

Mini désert au dessus de l’aéroport
Ayant parcouru un certains nombre de déserts, en Afrique, Aux États Unis, et en Chine, nous ne pensions absolument pas être autant surpris et séduits par ce mini désert. Il a tout d’un grand !
Nuno nous apprend que Porto Santo est sans doute la plus ancienne Ile au monde. Elle serait née d’une éruption volcanique gigantesque à la fin de la période du miocène, il y a plusieurs millions d’années. L’archipel de Madère serait en réalité les parties émergées du sommet du cratère. Dès lors, c’est un véritable paradis pour de nombreux scientifiques qui viennent étudier ce phénomène géologique unique.
Nous arpentons les dunes fascinés par les sculptures naturelles qu’il recèle, avec à l’horizon la grande bleue…Dans cette contemplation, nous aurons l’occasion d’observer les restes de végétations fossilisés que le vent met à nu avec le temps. Charles en est médusé.

 

La Pedreira do Piano
A proximité du Golf de Ponton santo, nous empruntons une piste nous menant au coeur de la cheminée d’un volcan, la Pereira do Piano. Un phénomène unique sur l’île faisant apparaitre d’insolites formations d’orgues basaltiques résultants d’une poussée de lave en éruption entrée en contact avec la calotte glacière de la surface. Le choc thermique considérable a « cristallisé » la lave en colonnes prismatiques de basaltes de formes très irrégulières. Nous avons déjà pu observer ce type de colonnes à Sao Nicolao au Cap Vert lors de notre précédent voyage. Mais ici ce qui est impressionnant, c’est de visualiser la formidable poussée de cette éruption illustrée par ces colonnes figées dans des mouvements contraires (voir zoom en photo 2).

Le site surnommé « Piano », porte bien son nom, car Nuno nous apprend que des concerts y sont donnés à la nuit tombée. L’acoustique serait exceptionnelle ! Des éclairages y sont installés, et à n’en pas douter l’ensemble doit vraiment valoir le déplacement.

Face à ce piano, nous découvrons un magnifique panorama sur Vila Baleira et l’est de Porto Santo. Sur les barrières en croisillons qui jalonnent les belvédères de l’ile, des petits escargots s’abritent des rayons du soleil. Ils sont mangés en tapas, ici comme à Porto, il va falloir que nous les goûtions…

Morenos et Miradouro do Furado Nort
Côte Ouest, nous admirons le site de Morenos, qui porte ce nom en raison de la couleur de ses roches sombres «morenas». L’ile est inhabitée et fait partie du parc naturel. Des plongées et sorties snorkeling y sont organisées, sans pour autant permettre un accostage, ou un mouillage. Ce belvédère est situé sur la partie ouest de l’île, entre Pico Ana Ferreira, Cabeço das Flores et Ponta Canavieira, une aire idéale pour les pique-niques particulièrement prisée par les locaux.

Zimbralinho
Un peu plus à l’ouest en descendant vers le Miradouro Das Flores, deuxième découverte en quad, qui vaut le détour. Après avoir suivi un sentier de terre longeant un cours d’eau, vous arrivez sur une plage de galets où se trouve une fontaine. Une plage, vous accueille au pied de cette crique avec de magnifiques eaux bleues turquoises.
Miradouro das Flores
Ici c’est le deuxième endroit emblématique avec une vue à couper le souffle sur l’ilet voisin et la Ponta Calheta en contre bas.

Ponta de Calheta

La meilleure façon de profiter de l’île de Porto Santo est probablement d’aller à Ponta da Calheta et d’en revenir en marchant sur la plage. Laissez-vous bercer par le son magique des vagues et contemplez cette beauté indescriptible. Baignez vous dans une eau digne d’une piscine et contemplez des beautés géologiques. Ne pas hésiter à y venir tôt, afin de trouver une partie ombragée ! Il y fait très chaud, très vite … Heureusement, un petit resto simple et pratique se trouve au dessus de la plage. C’est là que nous avons mangé un excellent milho fritto (friture de pâte de maïs).

Mais Porto Santo, ce n’est pas que son paysage, c’est aussi ses fêtes et notamment celle de l’Esperito Santo et le Festival Colomb qui a lieu mi-septembre.

Vous recherchez une fête populaire, remplie de sincérité, de simplicité, de rencontres et d’échanges, bref d’humanité, bienvenue au Festival religieux Esperito Santo à Porto Santo ! Après la procession, découvertes de plats locaux, de poncha, de sangria au vin de Santo Porto (22°), de soupes portugaises, et surtout de Espetada, brochettes de boeuf, spécialités locales, avec gros sel, poivron, ail et lauriers à cuire soi même, après être passé au stand adhoc.
Good life ! je vous dis, relation avec les locaux, essence même du voyage !
Nous étions parmi les seuls étrangers…
Nous adorons ces moments là !

Autre nouveauté pour nous, la pose de notre premier logo de Voyageur à la voile. Camille s’y colle et c’est véritablement une aventure en soi avec l’achat des peintures, la réalisation des pochoirs, le choix de l’emplacement devenu rare sur cette jetée interminable et bien sûr la réalisation qui demande un peu de temps entre deux verres de Sangria Branco 😂.

Autre jeux des plus intéressants, retrouvez les bateaux copains du premier voyage, parmi ces centaines de logos. On vous salue tous au passage …

 

PS : Même les enfants ont essayé le quad sur plusieurs kilomètres de pistes. Camille est concentrée et ne regarde même pas le paysage…

 

Amis Terriens, Amis marins Oh OH  🎶 🎵

Avec des décors cinemascope, des paysages diversifiés, des gens conviviaux et accueillants avec un supplément d’âmes , Porto Santo est un mini paradis qui mérite une visite…

Amis Terriens, un dépaysement à moins de 3H00 de France via Lisbonne
Amis marins, une escale à ne pas manquer sur un Tour de l’Atlantique

2 Replies to “Porto Santo : un mini paradis !”

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :