Un Pinger contre les interactions avec les orques : la solution ?

Scroll down to content

Depuis 2 mois ce sujet m’interpelle !

Une centaine « d’attaques-jeux » ou interactions des orques sur des bateaux de plaisanciers, a été déclaré sur la région de Galice Nord Espagne, le long du Portugal et dans le détroit de Gibraltar, depuis 2020.

Même si ces interactions sont peu agressives, elles finissent souvent par la destruction du système de barre et/ou des safrans, voir par des voies d’eau mettant en péril la sécurité des navires et des passagers.

Je vous laisse découvrir en vidéo comment cela se passe ! Et je rappelle que les orques mesurent de 6 à 9 mètres et pèsent jusqu’à 8 tonnes c’est à dire autant que notre catamaran. Cette vidéo est similaire à l’interaction qu’un ami a subi hier, le 14 septembre 2021 à quelques miles au large de Sines (Portugal)

En ce qui nous concerne, ayant un catamaran de petite série, plus construit aujourd’hui, j’envisage dans un premier temps de réaliser un moule de nos safrans pour avoir l’outillage disponible au cas où.

En parallèle après de nombreuses recherche sur le net, sur des forums, et des sites spécialisés, une association d’organismes européens a mis en place un protocole pour éviter ses attaques : GT ORCA ATLANTICA

 

Ce protocole ne semble pas marcher à tous les coups, d’où la recherche d’autres solutions.

Les idées ne manquent pas avec notamment, des plaisanciers déversant quelques décilitres de gasoil dans la mer, d’autres préconisant l’utilisation de pétard de rappel de plongée, permettant d’éloigner ses fabuleuses créatures.

En recherchant plus longuement, dans le domaine de la pêche professionnel et en parallèle dans le monde de la course au large, je suis tomber sur les pingers anti-depredation

Un Pinger c’est quoi ?

A la base un Pinger est un répulsif acoustique anti-baleine, anti-dauphin pour éviter les captures accidentelles dans les filets de pêches

Depuis Janvier 2021, les pécheurs professionnels du Golfe de Gascogne (chalut pélagique) ont l’obligation d’utiliser ces pingers sur leurs filets.

Certains coureurs sur Imoca testent ces pingers pour éviter les colissions avec les baleines (5 bateaux équipés sur le précédent Vendée Globe)

Peut être pas la solution miracle, mais il me semble que c’est une piste à ne pas écarter.

Comment l’utiliser ?

Contrairement aux pécheurs professionnels qui fixent les pingers sur leurs filets ou au Imoca qui le fixe sur leur quille, nous pourrions imaginer sortir le pinger exclusivement en cas « d’attaques-jeu » d’orques.

Un plomb, un bout, deux nœuds avant et après le pinger et une mise à l’eau simple, tracter derrière le bateau. Le déclenchement se fait à l’immersion du pinger.

Le danger écarté, on retire le pinger de l’eau pour éviter la pollution sonore de l’océan .

Quel prix ?

Un pinger anti depredation coute environ 100 euros

Durée de vie des piles 4500 heures

Distribution entre autre chez Isifish.fr à Concarneau

Une piste à suivre ?

J’attends vos commentaires et retour d’expériences… 😉

 

Mise jour du 15 septembre 2021 à 17H54

Suite à mon mail d’aujourd’hui, le centre Pelagis de La Rochelle, m’a contacté directement par téléphone et il en ressort qu’il ne connaisse pas, dans l’état actuel, les motivations des interactions (terme plus approprié que attaque-jeu) entre les orques et les bateaux. Les spécialistes du monde entier travaillent de concert depuis plusieurs mois pour comprendre et trouver des solutions pour régler cette problématique.

Malgré l’absence de statistiques pour le mois d’Août et septembre 2021 sur le site GT ORCA ATLANTICA, le nombre d’interaction est important car c’est la période de haute saison pour les orques et aussi pour les navigateurs. Si on peut parler de saisonnalité, la période la plus risquée serait donc celle de juin à septembre dans ses eaux.

Le groupe de travail réfléchi à plusieurs solutions dont le pinger sans certitude sur le résultat obtenu car personne ne la encore testé en situation réelle d’interaction et on ne connait donc pas leur réaction qui peut aussi être inverse à l’effet de fuite recherché…

Suite à cet échange, j’ai voulu comprendre quel pinger était le plus adapté à cette catégorie de cétacés. Le pinger interagit sur le système d’écholocation du cétacé et donc sur ses fréquences de communication.

Voici ce qu’il ressort de mes lectures….

Baleine
Basse fréquence  12 Hertz à 8kHz
Pinger de 3 à 20kHZ

Dauphins
Hautes et très hautes fréquences 20 à 150 kHz
Pinger de 50 à 120kHz

Orques
De 0,1 kHz à 40 kHz signification sociale entre 16 et 20 kHz.
Pinger de 40 khz et de 175 db

On remarque que les « pingers spécialisés » interviennent sur la plage supérieure des fréquences de communication des différentes catégories de cétacés. Le pinger considéré comme adapté aux Orques émets sur la bande de 40kHZ et avec un puissant signal de 175 db, ce qui pose un problème potentiel de surdité temporaire. (voir article sur le site cétacés.org)

Il est peut-être sage d’attendre vos nouvelles dates de départ, les résultats des organismes d’étude, leurs préconisations et de choisir cette solution ou une autre au tout dernier moment.

A suivre

 

Source

orques.fr
GT Orca Atlantica
Baleine
cetaces.org
isifish.fr

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :