Les Grenadines : le paradis est-il sur Terre ?

Scroll down to content

Un aperçu des Grenadines

28 décembre 2019 – 4 Janvier 2020

Cet article ne traite pas de la totalité des choses à voir et à faire aux Grenadines, nous y reviendrons certainement un mois complet pour faire le tour de la question.

Après le Noël en Martinique, nous attendons ma sœur, mon beau frère et mes neveux pour une croisière d’une semaine à partir du 28 décembre.

Devant la difficulté de trouver des avions, à cette période de l’année, ils avaient annulé leur venue, puis à nouveau, en last minute.com, décidé de venir.

Voici plusieurs mois, nous avions planifié de descendre pour le réveillon du premier de l’an, aux Tobago Cays dans l’archipel des Grenadines.

Même si ce programme m’excitait particulièrement, faire 200 ou 300 miles avec notre voilure amputée de la moitié de sa grande voile, ne me motivait pas plus que ça.

Bref aussitôt arrivés, nous faisons la clearance de sortie au « Snack Boubou » de St Anne et partons juste avant la nuit en direction de Bequia, un des ports d’entrée des Grenadines à St Vincent.

IMG_2220

Nous empruntons donc le canal entre la Martinique et St Lucie, puis longeons cette dernière sous le vent de l’île, puis à nouveau le canal entre St Lucie et St Vincent et pour terminer le canal entre st Vincent et Bequia.

IMG_4396

 

Nous sommes au travers avec environ 20 noeuds de vent et avançons correctement malgré une mer un peu plus formée dans les canaux. Sous le vent des îles, le vent nous lâche et la moyenne s’effondre. Nous devons nous résoudre à démarrer les moteurs…

BEQUIA repère de la NAVY

29 décembre 2019

Nous arrivons à Bequia en fin de matinée le lendemain, et découvrons une baie en demi cercle hyper protégée, vaste et magnifique avec ses maisons colorées sur les collines environnantes et son nuancier de bleu vert au niveau de l’eau. Déjà quelques tortues saluent notre arrivée !

L’essentiel du petit marin à Bequia

Large mouillage sur 2 à 10 mètres de fond de sable dans des eaux translucides
Possibilité de bouée
Douanes et immigration dans le bâtiment orange dans le prolongement du quai des navires rouges assurant les traversées inter-îles. (coût des formalités 241 EC$ pour 8 personnes dont 3 enfants de moins de 12 ans)
Banque en arrière de la rue des quais, à droite avant la Douane
Nombreuses épiceries, une boulangerie et un ship « marine store » correctement achalandé
Magasin Digicel pour la carte de donnée Internet (carte Sim rechargeable + 8 gigas de données valable 30 jours 105 EC$ soit 30 euros) Le réseau marche correctement partout (testé à Bequia, Mustique et Tobago Cays)

NB : la carte Digicel prise en Martinique n’est pas rechargeable et apparemment pas valable pour cette partie des Antilles. Il faut donc attendre St Vincent ou Bequia pour l’acheter. Mettre son téléphone en mode avion ou enlever sa carte sim française !!!
Langoustes au cul du bateau : 8 euros la livre
Le sanctuaire parc naturel de tortues certainement à faire !

L’empreinte de l’occupation anglaise est omniprésente dans l’architecture, dans les petits jardins et un chemin piéton posé en bordure de littoral semble faire le tour de la baie.

 

Nous profitons de nous acquitter des formalités d’entrée aux Grenadines pour faire une petite ballade à pied en flânant dans les ruelles de front de mer, passant tantôt devant des mini-markets, des bars, le marché aux légumes, et des petites stands proposant des coquillages, colliers et autres noix de cocos aux toutous. Ici, nous croisons, beaucoup d’Anglais, mais aussi beaucoup de canadiens.

Nous retirons du cash en dollar caribéen EC$ (3EC$=1Euros) et complétons notre avitaillement avec du pain notamment. A notre arrivée au mouillage, un boat boy, nous a proposé des langoustes. ça tombe à pic, car c’est le repas de ce soir, à la plancha…On en prend trois belles pour 60 euros, en salivant à l’avance…

Au sortir de la banque nous hélons un pick-up afin qu’il nous conduise au Fort de Hamilton. Nous aurions pu y aller à pieds (15 minutes), mais la route particulièrement pentue et étroite est sympa à faire en 4X4. Notre « taxi » nous dépose quelques minutes plus tard sur un promontoire alignant des canons face à la mer.

A défaut de Fort, il s’agit en fait d’une place armée avec une batterie de canons que les anglais avaient mis en place pour défendre leur zone de mouillage. La vue y est magnifique et offre un panorama à 360° sur la baie et la ville.

IMG_2238

Je ne peux m’empêcher de repenser à ce livre de Fabien Clauw, « les Trois couleurs », que je viens de terminer (que je vous recommande vivement). Ce roman parle de l’histoire d’un capitaine de frégate français à l’époque du directoire et de ses aventures et combats contre les anglais sur les mers du monde et notamment aux Antilles. Un roman aiguillé par l’histoire réelle de notre opposition constante contre la perfide Albion. J’ai adoré et je vous informe qu’il y a maintenant 4 opus ! sic !

pour_les_trois_couleurs-fabien_clauw-couverture_1

 

Au début du XVIIIe siècle, les Français mettent la main sur l’île de Saint-Vincent toute proche et s’établissent en 1719 sur Bequia pour la culture du coton, de l’indigotier, de la canne à sucre et la production de chaux.

En 1763, le traité de Paris met fin à sept ans de guerre entre Français et Anglais et malgré un bref intermède français en 1779, Bequia passe définitivement aux mains des britanniques.

J’imagine sans peine, les flottilles anglaises stationnées dans cette baie magnifique, au pied de ces petites montagnes, et dans ses eaux cristallines. Ici c’est leur fief …

Nous décidons de rejoindre le bateau à pied et rebroussons chemin. De part et d’autre de cette route étroite, fleurissent des maisons aux couleurs vives. Elles sont accrochées à flanc de montagne. Certaines ne sont pas accessibles par la route mais desservies par des escaliers interminables…

Au détour d’un virage les enfants sont attirés par les pleurs de deux petites chèvres. Elles sont au piquet et leur attaches sont bloquées dans les broussailles. Je vois une petite fille et son petit frère de l’autre côté de la route et lui demande si elle peut prévenir ses parents. Elle s’approche et entreprend de les libérer. Elle est haute comme trois pommes et la tâche semble compliquée. Les enfants et Nono, décident de lui prêter main forte, sous le regard approbateur du petit frère. Un petit moment de bonheur partagé entre cousins, avec le sentiment d’avoir effectué une bonne action… Nous rejoignons Steph et Vanessa qui ont tracés leur route et nous attendent à l’ombre des arbres. Il fait chaud, il nous tarde d’aller nous baigner.

IMG_8916

Par 30° avec une eau à 27°, les parties de plongeons, sauts, bombes, s’enchainent et s’éternisent. La sirène est ressortie !

Ce soir le marchand de sable risque de passer très tôt !

A noter aussi que les pécheurs de Béquia, soutenus par le gouvernement japonais, sont autorisés par la Commission baleinière internationale à tuer quatre baleines à bosse par an au titre du maintien d’une activité traditionnelle.

Mustique : Basil’Bar et Mike Jagger

30 décembre 2019

L’essentiel du petit marin à Mustique

Mouillage assez grand sur bouée
Si plus de bouée disponible possibilité de mouiller sur ancre
Passage obligé au Basil’bar connu dans toute la caraibe
Dress code de rigueur même si on peut ne pas en faire des tonnes…

Nous partons dès le lendemain midi direction l’île de Mustique, l’île des Milliardaires. La navigation est courte (20 miles) mais s’effectue au près, ajouté à un courant non négligeable d’environ 2-2,5 noeuds et vous serez comblés.

Notre but y passer une nuit et siroter un cocktail au Basil’Bar, institution connue dans toute la Caraïbe, car nous devons filer dès le lendemain sur les Tobago Cays pour le réveillon du 31. L’arrivée est assez exceptionnelle avec ces villas tellement grandes que l’on pourrait les prendre pour des châteaux, surplombant une plage aux cocotiers réguliers et parfaits (peut être des faux en plastique).

Le mouillage est organisé sur bouée à gauche et à droite du chenal principal. Nous commençons à voir des embarcations demesurées, certainement des potes de potes de milliardaires présents sur l’île. Un placier sympa nous accueille, et nous indique où mouiller sur ancre car toutes les bouées sont prises. Il nous déleste au passage de 220 EC$ valable jusqu’à la taille maxi de 70 pieds. Ouf ! En même temps le prix maxi est de 1000 EC$ pour les gros. Les riches ont toujours raison 😂

Pas de temps à perdre si nous voulons fouler le sol de cette île si singulière, nous appontons avec notre annexe sur le seul dock adéquat, jouxtant celui des navires toujours rouge inter iles.

Le Basil’bar est posé là, sur l’eau à quelques centaines de mètres et nous attend pour une collation bien méritée. L’endroit est magnifique dans un style très colonial et anglais savamment éclairé et accompagné parfois du vacarme des vagues venant se fracasser en dessous des pilotis.

A noter pour éviter les débits de carte déraisonnés, que toute la carte de ce bar restaurant est en dollars US et non en dollars EC, milliardaire oblige.

Malheureusement Mick Jagger ne viendra pas nous faire un effet boeuf ce soir.😂

32085104_Unknown 2

Retour au bateau pour une nuit  au mouillage, avant le départ pour le paradis

 

Tobago Cays 

31 décembre au 2 janvier 2020

5910030

L’essentiel du petit marin au Tobago Cays

De nombreux mouillages possibles
Bouée disponible et proposée par les boat boys
Repas possibles sur Petit Bateau, bons mais assez cher
Proche du Paradis sur terre avec ses eaux cristallines, sa barrière de corail et ses tortues
Taxe de 130 EC$ payée aux Parks Rangers (ils passent matin et soir) pour le bateau et 8 personnes dont 3 enfants pour 2 jours.

Nous arrivons aux environs de midi à l’entrée des Tobago Cays. Le soleil est au Zénith ce qui nous facilite la tache pour repérer les cayes de corail et rechercher les eaux plus profondes et foncées. Je n’ai pas éprouvé de difficultés particulières pour rentrer en utilisant le chenal sud : Stork Channel et en passant entre Petit bateau et Jamesby. Cependant une concentration et une attention particulière est nécessaire. (A ne pas faire pendant l’apéro) 😉

IMG_2292 2

Après ce passage, plein de possibilités de mouillage près de la barrière de corail « Horseshoe reef » dans des eaux translucides avec 3-4 mètres de fond de sable et 20-25 mètres de chaine. Nous y passerons une nuit avec toujours du vent 20-25 noeuds et un petit clapot. Le mouillage est sûr.

Je vous dresse aussi d’autres possibilités de mouillage que j’ai pu observer, sans parler du mouillage de jour de Petit Tabac ou de Worlds End Reef, où aucun bateau ne restait la nuit.

IMG_2301 2

 

Avant toute chose, je tiens aussi à signaler que les boats boys si encombrants, agressifs selon certaines lectures de blogs et autres, ne le sont absolument pas. En ce qui nous concerne, nous avons crée un peu de lien en quelques heures avec André du Bateau More Time, très sympathique et serviable en même temps, il est aussi là pour gagner sa vie. A peine ancré, il nous livre le menu de la Saint Sylvestre en la personne de deux langoustes bien vives. Bizzarement et malgré ses recommandations tous les autres boys boat nous laisseront tranquilles et ce un 31 décembre.

Allez comprendre Charles !

Billet d’Humeur du capitaine

Ce qui est pénible et j’assume mes dires, ce sont tous ces bateaux de location, balançant sans limites leurs décibels, leurs pognons, leurs manques souvent d’éducation maritime et sociale et modifiant considérablement le rapport avec la population locale. Ainsi sont faites les Antilles, marché économique maritime colossal, qui a certainement au fur et à mesure des décennies, pourri les échanges inter-culturels. Je revendique rapidement que mon bateau est ma maison pour plusieurs années, et que je n’appartiens pas à ces huluberlus dénués pour la plupart de respect de l’autre et de valeurs universelles humanistes.

Ps : il y a toujours des exception à la règle bien sûr….

The captain

Avec le décalage horaire, le réveillon se terminera avant minuit, après de délicieuses langoustes à la plancha, pour recommencer à Minuit et une minute, quand le mouillage des Tobago Cays reprend tout d’un coup vie, mêlant corne de brume, musique, rires et chants. Nous prolongerons la soirée jusqu’à 2H30 du mat ce qui est déjà pas mal car demain une journée au paradis s’annonce !

6 heures 30, à peine levée, toute la famille plonge des étraves du catamaran et se retrouve pour un certain temps à nager avec 3 ou 4 tortues. Le spectacle est magique en ce premier jour de l’année 2020.

32085952_Unknown 2

Je propose aussi dans la matinée de se rendre sur la barrière de corail Horseshoe Reef en annexe. Nous pataugeons dans 1M d’eau et observons quelques petits poissons mais malheureusement la barrière de corail ne semble pas en bonne santé.

Nous continuons donc notre aventure du jour, en débarquant sur Baradal et grimpons au petit sommet de l’île qui offre un panorama exceptionnel sur la partie Nord de ce parc naturel.

Même chose sur la plage de Jamesby au Sud, qui nous renvoie aux films de cape et d’épée et aux aventures des pirates, corsaires et autres flibustiers.

IMG_9015

Même les parents deviennent des grands enfants dans cet univers à part…et cherchent le trésor du jour…en se méfiant des attaques possibles des iguanes. (second degré). 😂

IMG_9037 2

Allez pas de temps à perdre, André du Boy Boat More Time nous attend pour déjeuner avec au programme de succulentes grillades de Thon et poulet accompagné de bananes plantain grillées, de pommes de terres à leur façon (recette à venir) et autres spécialités. Le déjeuner a lieu sur la plage, sur du sable blanc et sous les cocotiers dans le passage cristallin entre Petit Rameau et Petit Bateau. Noix de coco sur le gâteau, de nombreuses raies et poissons globe se promènent à nos pieds au bord de la plage immaculée.

A ce propos, méfiez vous sérieusement des arbres dont le tronc est peint d’une bande rouge. On en trouve sur cette plage. Il s’agit du Mancenillier arbre toxique des Antilles.

Le mancenillier est un arbre présent sur la plupart des îles de l’arc Antillais. On le trouve notamment en Guadeloupe, en Martinique et tout particulièrement aux Saintes. Cet arbre à été largement éradiqué en raison de sa toxicité. Il présente un véritable danger pour l’homme.

Son aspect banal le rend difficile à identifier. Tout en lui est toxique: Son écorce, sa sève, ses feuilles et ses fruits.

Sa sève d’apparence laiteuse est très dangereuse et peut provoquer de graves brûlures en cas de contact avec la peau. Ses fruits ont l’apparence de petites pommes vertes également très toxiques.

Enfin sachez que le simple fait de s’abriter sous un mancenillier un jour de pluie peut vous infliger de graves brûlures.

Pour avoir expérimenté moi même la brûlure de mancenillier lors d’une journée de pose de geocaches aux Saintes … je peux vous confirmer l’extrême danger de cet arbre. Une simple griffure contre une branche provoquera quasi immédiatement l’apparition de cloques, puis 2 jours après la nécrose de la peau. Les cicatrices rouges peuvent persister à vie. Afin de prévenir des dangers de cet arbre il est souvent signalé à l’aide d’une marque de peinture rouge autour de son tronc mais ce n’est pas toujours le cas.

En cas de brûlure toujours rincer abondamment à l’eau. Si les muqueuses sont touchées (oeil, bouche) filez aux urgences.

Source Wikipedia

 

Pour en revenir à nos moutons , nous utiliserons cette passe le lendemain pour sortie des Tobago Cays. La semaine touche à sa fin. Le retour avion a lieu le 4 janvier. Nous remontons à Bequia pour la sortie des Grenadines et filons sur Saint Anne en Martinique d’une seule traite.

Voir les Tobago Cays et mourir…

Je vais quand même aussi attendre la Polynésie et le Pacifique…

Nous y retournerons dans notre voyage pour faire le tour de la question et notamment pour découvrir, Petit St Vincent, Petite Martinique, Morpion, Union, Saline Island et Carriacou, dont on m’a vanté, leurs beautés sauvages.

 

 

 

 

 

 »

 

6 Replies to “Les Grenadines : le paradis est-il sur Terre ?”

  1. On rêve, on salive, on vous envie… nous dans notre grisaille.
    Merci pour vos textes bien descriptifs et précis. vos photos.
    et bonne année avec plein de bisous

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :