Du 02 décembre 2019 au 10 Décembre 2019

L’essentiel du petit marin à Mindelo

Canal entre Sao Vicente et Sao Antao très venté (régulièrement plus de 30 nœuds) et grosse houle Atlantique.
Mouillage de très bon tenue avec beaucoup d’espace tout proche du port (attention aux épaves)
Place de port très mouvementée avec une houle omniprésente
Bar flottant ou vous pouvez laisser l’annexe (4 euros par jours : nous aurons payé qu’une fois, car ca dépends si un gars de la Marina est en train de surveiller ou pas). Un endroit sympa !
Gasoil et eau sur un ponton
Ship tenu par un allemand près du bar flottant
Mécanicien présent sur place mais très peu de pièces
Lingerie venant à la Marina à 9H00 et 17H00

Mindelo ou la pré-transat :

Nous quittons Sao Nicolao vers 8 heures peu après nos copains bateaux Lucas, Atsena, histoire de partager quelques clichés de nos montures respectives en mode navigation. La navigation est sympa sans trop de stress : 46 miles que nous parcourons à une vitesse moyenne de 7 nœuds, nous permettent d’arriver à bon port pour le déjeuner.

Ce port, enclavé dans une anse bien abritée, au pied de la ville de Mindelo (la plus importante du Cap Vert avec ses 70 000 habitants), est mythique pour une grande partie des équipages qui s’engagent dans une transatlantique. Pour nous il représente une étape importante de notre voyage. Çà y est ! On y est ! La transat, on peut presque la toucher du doigt…

Très vite nous allons à terre, et laissons notre annexe au bar du ponton flottant, véritable repère des candidats à la transat et y retrouvons avec plaisir, près d’une douzaine de bateaux copains rencontrés qui en Espagne, au Portugal, au Maroc, au Canaries ou au Cap vert. L’ambiance est aux retrouvailles, radio ponton fonctionne à fond. Chacun y va de son couplet sur les aventures vécues, les bonnes comme les mauvaises. Apéros et invitations s’enchaînent.

78608798_2235798653188499_5636387884366823424_n

Pourtant, l’ambiance ici est quelque peu fébrile. Une transat, à fortiori une première transat, ce n’est pas rien et ça se prépare et tous les bateaux y passent.

Depuis les Canaries, j’ai dressé une to do list de tous les petits réglages, réparations, optimisations, grand ménage que nous avons à faire. Rien de bien méchant mais c’est plutôt chronophage. Pour certains les réparations peuvent être plus sérieuses avec des guindeaux en rade, des moteurs HS, des voiles déchirées, des pièces qui n’arrivent pas depuis des jours…

Depuis le début de notre périple je nettoie la ligne de flottaison, les coques et safrans, le speedo (petite hélice qui mesure la vitesse en temps réel du bateau et qui permet d’avoir…) environ toutes les 3 semaines et notamment avant chaque grande nav. Nous avons opté pour un antifooling avec une matrice dure et jusque là les coques se nettoient toujours sans trop de difficulté avec une éponge. Merci à Didier et Agate pour la ventouse du vitrier qui me facilite grandement la tâche durant cette séance de barbotage hyper physique qui m’occupe souvent pendant 2 bonnes heures sans chômer. Lavage de nez garanti et gratis !

Et puis, c’est aussi l’appréhension du grand saut … Les conversations tournent beaucoup autour des fichiers météo et de la fenêtre idéale pour ce grand départ.

Stéphane et moi, échaudés par les conditions plutôt musclées de nos dernières navigations (Maroc-Canaries ; puis Canaries-Cap Vert), refroidis aussi par les prévisions aléatoires des fichiers météo, sommes particulièrement concernés par l’état de la mer. La force du vent, c’est une chose, la hauteur des vagues et leur fréquence une autre. Depuis notre arrivée, la tendance annoncée est de 25-30 nœuds, avec une houle de 2,5 à 3 mètres espacées de 8 secondes. Ce que l’on peut accepter pendant 4 à 5 jours, mais qui peut vite devenir épuisant pendant une quinzaine.

Malgré cette préparation, nous essayons de prendre un peu de bon temps, et allons découvrir la ville de Mindelo et l’île de Sao Vicente.

Dans les choses à voir, il y a la plage de Satamanza pour le kite surf, la Baia das Gatas et le petit port de Sao Pedro où on peut nager avec les tortues après le passage des déferlantes en bord de plage (dixit d’autres équipages). Tout peut se faire en négociant un Alluguer privatif ou en prenant un Alluguer collectif (record pour nous 21 personnes dans un minibus:)) Malheureusement nous ne rendrons pas visite à Sao Antao l’île d’en face ; peut être pour une prochaine fois 😉

A ce sujet et permis les rencontres capverdiennes,  vous pouvez vous adresser aux deux guides Oscar et César, des gens adorables, qui vous emmènerons découvrir l’île.

La ville de Mindelo est assez impressionnante avec de nombreux bars, club, et magasins diverses et variés. De nombreux petits supermarchés, un marché municipal et un marché au poisson où vous trouverez l’essentiel : fruits et légumes, pates, yaourt, fromage et poissons. En ce qui concerne la viande c’est un peu galère car elle est congelée .

Mais voilà le temps de traverser est arrivé. Départ demain Mardi 10 décembre 2019, en fin de matinée.

Rendez vous dans 15-17 jours de l’autre côté…

2 Replies to “Bye Bye Mindelo et Cabo Verde”

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :