La Galice saison 3 : Terre de nos premières aventures maritimes

Scroll down to content

On commence à prendre racine ici en Galice !

On a nos repères car nous y sommes venus à plusieurs reprises en 2018, 2019 et cette fois ci en 2022.

Plutôt que de réécrire une nouvelle histoire, je vous laisse redécouvrir celle passée. Vous apprendrez beaucoup de chose sur cette Galice magnifiée, sur cette Galice que nous avons toujours, à sa juste valeur appréciée et adorée.

Quel bel endroit en Europe ! et surtout en Espagne bien loin des clichés de la Costa Del Sol ou la Costa Brava etc.

Voici les liens sur les articles des années précédentes

Galice 2019

Galice 2018

L’objectif cette fois ci est de faire un pit-stop, sur la route de Madeire, faire le plein de spécialités galiciennes et reprendre la route….

Mais avant cela place au Gascogne

 

15-17 JUILLET 2022

Golfe de Gascogne reçu 5/5
Et oui 5 traversées du Gascogne pour le capitaine
Et déjà 4 pour la capitaine et les enfants
Sans oublier notre maître chat dont c’était la première et qui a fait preuve d’une capacité d’adaptation incroyable !
Le Gascogne, ce n’est jamais comme un long fleuve tranquille même si vous êtes sûr de votre météo.
Nous avons donc quitté Houat vendredi 15 juillet, pour la Corogne en Galice espagnole soit un trajet d’environ 650 kms. La première journée 100% sous gennaker a été paisible car les vents étaient faibles de l’ordre 7-14 nds, situation parfaite pour un équipage en manque de longue navigation depuis un bout de temps et qui a besoin à nouveau de s’amariner.
Charles et Camille ayant pris un peu d’âge, ils assurent maintenant les quarts…
Une rencontre presque improbable !
En fin de ce vendredi à l’heure de l’apéro Yams, nous sommes survolés par un groupe de pigeons qui essaye à plusieurs reprises de prendre notre bimini pour une piste d’atterrissage. Un seul réussi à rejoindre notre porte avion.
Il y restera plusieurs heures et profitera de notre convivialité en acceptant sans hésiter eau et nourriture. C’est la deuxième fois qu’un pigeon bagué passe du temps sur notre bateau. On s’interroge sur le rôle qu’ils ont ?
Si vous avez la réponse, n’hésitez pas !

 

Bref cet épisode passé, un beau coucher de soleil nous attend ce soir là. Mais le calme est de courte durée car à peine l’astre majeur couché, le vent et la mer montent. Nous aurons une nuit physique, sportive sans vraiment dormir : 35 nds en rafales et 3 mètres de creux sur une houle très courte et croisée assortis de nombreux surfs à plus de 15 nds toute la nuit.Nous étions sereins, correctement toilés, sans stress mais ça épuise de part les bruits et les chocs constants dans le catamaran.
Au court de cette nuit, nous traversons le plateau continental qui passe de 100 à 4000 mètres de profondeur et slalomons entre les nombreux bateaux de pêche industriels espagnols. Un chalutier qui n’était pas en action de pêche oublie les priorités, nous l’évitons de justesse. Je suis à chaque fois scandalisé par cette pêche qui détruit avec leurs chaluts de 2km500, les fonds et notamment le tombant du plateau continental…
Le jour se lève samedi 17 dans une atmosphère féérique et j’observe, sur mon tribord, à quelques dizaines de mètres, le souffle puis le corps d’une baleine . Quel réveil !
Le vent descend un peu autour des 25 nds et nous taillons la route à 8 -10 nds toute la journée. J’interviens dans la jupe pour un problème d’hydrogénerateur.
Au raz de l’eau la vitesse et les vagues sont toujours plus impressionnantes. Samedi en soirée, le vent chute, la nuit va être longue me dis-je à l’instant d’écrire ses lignes.
En même temps nous allons pouvoir dormir et récupérer un peu. A 22h00 samedi 17, nous sommes à 100 miles du but.
Camille est présente pendant mon quart, Geneviève se repose ainsi que Charles et le chat…
A 3H30, le vent tombe et un brouillard profond nous envahi, nous sommes cernés et ne voyons pas à 50 mètres.
Geneviève de quart, rentre le foc, et allume les moteurs et accessoirement me réveille. J’utilise le radar pour voir potentiellement les autres bateaux, mais celui-ci refuse de fonctionner… en réalité, la fatigue me joue des tours, car quelques heures plus tard, je réalise en fait qu’il fonctionne très bien, mais qu’il y a personne sur l’eau.
Cela va durer plusieurs heures jusqu’à précisément 10H00 où tout se dégage et que le vent va enfin rentrer…
Comme toutes les expéditions en leur temps, le premier à voir la Terre, la dénonce avec allégresse !
Il nous reste environ 25 miles, et nous re-naviguons enfin sous voiles dans des conditions exceptionnelles. Ce sera de courte durée, faisant appel à la risée Yanmar (nos moteurs) pour les dernières heures de navigation. 17H30 heures nous accostons à la marina Coruna car celle du centre ville est complète.
57 heures de navigation non stop et 361 miles de parcourus soit pour les terriens, 668kms

Un Gascogne comme d’habitude imprévisible, doux, moyen et fort…

Premier Pays pour Tayro !

 

Mais ce soir c’est la Corogne, avec Sangria et Tapas
« Garés »près de la tour de Pise 😂 qui est en fait le centre de contrôle du trafic maritime commercial du finistère.
20 JUILLET 2022

Une journée complètement Dingo !

PASSAGE DU CAP FINISTÈRE : La Corogne – Muros

Nous sommes arrivés hier soir dans la Ria de Muros, petite mer intérieure qui rentre dans les terres de Galice.
Une fenêtre météo convenable nous attendait pour passer le cap Finistère et descendre dans le Sud de l’Espagne.
Départ de bonne heure de la Corogne au moteur. Sans concertation, nous constituons une flotille car une dizaine de bateaux a pris la même décision que nous. Le temps est long car nous effectuons plus de 6 heures de moteur face à une longue houle faisant « ascenseur », forte désagréable . Charles et notre chat Tayro sont malades : une première
Nous attendons inlassablement que le vent rentre et nous n’allons pas être déçus.
Vers 15H00 le ton monte pour atteindre 25 noeuds puis 30 noeuds quasi constants.
Les 4 dernières heures de navigation vont être jouissives, certainement les meilleurs moments de navigations avec Boomerang² depuis notre premier départ en 2019. Nous effectuons ces 4 heures à plus de 10 noeuds de moyenne dans un cadre sublime, que constitue un des endroits les plus mythiques de la planète pour les marins : le Cap Finistère.
Pour la première fois, nous y passons au pied, et sans l’aide de notre pilote automatique Grand Bebert, car j’ai décidé de prendre la barre dans ces conditions exceptionnelles de surf. Boomerang² est aérien, secure et performant !
Quel moment !
Nous n’avons pas et heureusement, croisé les orques….mangeur de safrans (2 interactions ont été reportées ces derniers jours dans la région sur le site Orca Iberica)
Nous atteignons donc Muros en fin d’après midi et rejoignons un mouilllage près de la vielle ville.
Afin de clôturer merveilleusement cette journée fantastique, 3 dauphins nous accueillent quand nous jetons l’ancre…
Les journées parfaites existent, nous en sommes témoins.
Nous avons la banane 🍌
🤙😘
1ère étape : Vannes-Houat-La Corogne – Muros
Départ pour Madère en fin de semaine. En attendant on savoure la gastronomie Hispano-galicienne …. 😉😂

6 Replies to “La Galice saison 3 : Terre de nos premières aventures maritimes”

  1. Génial, c’est un régal, j’ai l’impression d’être parti avec vous !!! 😊
    Et je craque total pour le chat…

    1. Bonjour Audrey
      Merci pour ton gentil message
      Nous avons beaucoup de chance avec ces petits détails : pigeon, baleine, dauphins et météo parfaite.
      Nous aussi on craque pour ce chat au caractère exceptionnel ! En une semaine, il s’est adapté d’une manière inespérée
      Départ dimanche matin pour Madère, le début réel de notre voyage car destination inconnue pour nous
      😘

    1. Bonjour Vero
      Je vois que tu es toujours fidèle au poste. Nous sommes partis pour Madère ce matin. 5 jours de nav environ
      Nouvelle découverte pour nous !
      À très bientôt

  2. Content de vous savoir repartis (un peu jaloux aussi).
    Pour nous, le prochain grand voyage ne se fera pas avant plusieurs années…
    Profitez bien et continuez de raconter vos zaventures, je vous suivrai avec plaisir!

    Ken ar wech all, mignoned,
    Vennec, sur Pikou Panez

    1. Hello Pikou Panez
      On en pouvait plus donc redepart
      Merci pour ton message
      Sommes arrivés à porto santo hier soir après 4 jours et des bananes du cap Finistère
      C’est cool et on redécouvre l’ambiance voyage
      Bizh a toute la famille

Répondre à Vennec Annuler la réponse.

%d blogueurs aiment cette page :